Game Over te dit bonjour Invité tu as 39 messages à se jours.
Merci à Toi d’être sur le forum ♥
Bienvenue à Prompto Argentum notre dernier membre inscrit sur Le serveur Game Over.
Bonne chance pour ta fiche Smile
Game Over a ouvert le 19 / 03 / 2015 , il a 3 membres pour 327 messages.
Merci à vous ♥️
Ici se trouve la liste des avatar de personnages pris ou attendus.
Et ici la liste des personnages attendus par nos membres.

Mer 29 Avr - 22:37


Prénom Prénom Nom
Prénoms et Nom : Alice Liddell
  Nationalité : Londonienne
  Âge : 19
  Jeux de provenance du perso : Alice madness returns
  Pouvoirs : Hystéria
  Armes : -épée vorpal
- Le cheval
- Le poivrier
-La théière
-Le lapin minuteur
Liens à ajouter + À JOUR!
Peu de temps après De l'autre côté du miroir et ce qu'Alice y trouva , à l'âge de sept ans, Alice Liddell témoin de la mort de sa famille dans un incendie qui a éclaté dans sa maison , qui a été détruit dans l'incendie. Souffrant de culpabilité et de stress post-traumatique désordre de survivant, Alice a commencé à perdre son emprise sur la réalité et a finalement été envoyé à Rutledge Asylum pour sa folie et la catatonie.
Près de dix ans après avoir été commis, en Août 1874, Alice a été ramené dans Wonderland , maintenant une version tordue et mortelle de lui-même, en raison de la règle horrible de la Reine de Cœur et, en outre, propre folie d'Alice. Avec le chat de Cheshire que son guide et l'aide d'autres créatures de ses aventures passées, ce était la tâche d'Alice pour tuer la reine, afin de sauver des merveilles et se de la corruption. Les habitants du pays des merveilles Alice vu que leur seule chance de se débarrasser de la reine, à cause des histoires Lapin Blanc a parlé d'un champion, donc elle a été placée dans le rôle de leur sauveur et a commencé son voyage pour faire face à la Reine.
Alice a suivi Lapin mais a rapidement perdu lui comme il rétréci dans un trou minuscule et se enfuit sans elle. Le long de sa recherche pour le trouver, le gnomes flamme du Village de la Doomed lui a dit que la Forteresse de portes détenait le secret de devenir plus petit, et elle devrait demander l' Ancien maire .
Ancien maire a offert de prendre Alice à la Forteresse de portes si elle pouvait revenir avec une clé pour ouvrir les portes. Elle a réussi à récupérer l'objet, tuant plusieurs gardes carte dans le processus, et les deux d'entre eux se est rendu à la forteresse. A l'intérieur du Skool intérieur de la forteresse, Alice et le maire récupérés ingrédients et a fait un élixir rétrécissement . Après avoir bu l'élixir de devenir petite, Alice a sauté dans un portail qui l'a emmenée au Vale of Tears .
Voyager à travers la vallée à la recherche de nouveau lapin, Alice a traversé la Simili-Tortue , non décortiquées et sanglotant ses yeux. Bien que la tortue ne avait pas vu de lapin, il a dit qu'il prendrait Alice au Caterpillar qui savait tout, mais d'abord elle devait récupérer son enveloppe de la duchesse , qui avait essayé de tourner la tortue dans la soupe. En aval, Alice trouve le projet de loi McGill , qui avait été mis à la porte de sa propre maison par la duchesse, qui se cachait à partir de la Reine.
Après avoir vaincu la duchesse maintenant meurtrière au combat, et en donnant Tortue sa coquille arrière, il la conduisit à travers les tunnels d'eau souterraines à la Wonderland Woods . Alice a finalement trouvé Lapin dans ce domaine et les deux sont allés ensemble pour trouver Caterpillar.Malheureusement pour eux, le Chapelier Fou était voyager à travers les bois et piétiné Lapin, le tuant.
Elle-même et sa malchance blâmer, Alice se est effondré en larmes brièvement, mais rapidement pris le contrôle d'elle-même à nouveau lorsque Cat lui rappelait sa tâche. Quand elle a Caterpillar, il lui a dit que ce était sa propre culpabilité et la folie qui avait tourné des merveilles dans une version sombre et tordue de lui-même, et elle a été ramenée à tuer la Reine pour sauver la terre et elle. Il a ensuite créé un portail pour elle, ce qui l'a emmenée à la Forêt Fungiferous . A la forêt, Alice a tué le Vorace Centipede et prit une bouchée de laChampignon de la vie pour revenir à sa taille normale.
Voyager sur, Alice a rencontré un oracle qui lui a dit qu'elle devait vaincre la principale défense de la Reine, le Jabberwock avec le personnel des yeux de Jabberwock . Ayant déjà obtenu un morceau de personnel, Alice partit pour le royaume Pale pour obtenir un autre du blanc pièces d'échecs. Le Roi blanc demanda Alice pour son aide pour sauver sa reine du côté rouge et lui a donné un pion de l'aider. À l'assaut du Château Rouge, Alice est arrivée trop tard et témoin de la décapitation de la Reine Blanche. Cependant, après avoir battu le Roi Rouge , Alice a utilisé son pion pour relancer la Reine Blanche. Comme la Reine Blanche est allé à combattre les pièces rouges, Chapelier apparu et frappa Alice à froid.
Quand Alice est venu autour, elle se trouva dans de domaine de chapelier , et elle partit à sa recherche.Après s'être débarrassé des hommes de main de chapelier, blanc bonnet et bonnet blanc , Chapelier est arrivé et a commenté que Alice craint la vérité, et le retour à Rutledge Asylum, mais tout cela pourrait être évité. Bien que Alice a demandé une réponse de sa part, elle n'a pas eu une et le sol se est effondré en dessous d'elle.
Alice rapidement se leva, et d'aller plus loin dans, elle a rencontré le Loir et Lièvre de Mars , emprisonnés et en cours d'expérimentation par le chapelier fou. Comme elle ne pouvait rien faire pour eux. Alice est allée plus loin dans l'antre de chapelier, et a trouvé Gryphon piégé dans une des cages. Après avoir appris de lui que Chapelier est arrivé à six heures tous les jours pour vérifier ses expériences, Alice utilisé cette information pour modifier les horloges à lire six heures, ce qui lui a attiré vers elle.
Après avoir tué Chapelier et de gagner le deuxième morceau de l'état-major des yeux, Alice allié avec Gryphon et ils volé ensemble à la Terre de feu et de soufre . Alice a découvert que l'oracle était en fait Caterpillar, et il a expliqué que lorsque Alice répondu à l'appel de lapin, elle avait commencé à se remettre de sa folie, et elle seule peut elle-même et à son tour Wonderland sauver. Peu après, elle fait face à la Jabberwock dans la bataille, et même si elle n'a pas réussi à le tuer, elle a fait gagner un de ses yeux pour compléter l'état-major des yeux.
Avec Gryphon et des troupes rebelles, Alice a pris d'assaut le Queensland et le château de la Reine.Pendant la bataille, Alice témoin Gryphon prendre sur le Jabberwock seul, et meurent dans le processus. En revanche, Alice a tué le Jabberwock elle-même, et a continué avec sa mission. Tout comme elle était sur le point de finalement faire face la reine, le Chat du Cheshire a essayé de lui dire qu'elle et la reine étaient une seule et même chose, mais a été tué le faire.
Après une bataille longue et meurtrière avec la reine, Alice est sorti comme le vainqueur, et Wonderland est devenu un monde pacifique encore une fois, avec beaucoup de ses vieux amis ravivé de la mort. Dans le monde réel, dans le cadre de la suite de sa victoire, l'état mental d'Alice était grandement améliorée, et en Novembre 1874, Alice a été jugé suffisamment sain d'esprit pour être libéré de Rutledge.

Un an après Alice Liddell avait été libéré de Rutledge Asylum , à la fin de 1875, elle vit actuellement àLondres victorien sous les soins d'un psychiatre, le Dr Angus Bumby . Bien que considéré comme sain d'esprit suffisante pour revenir à la société, les souvenirs traumatiques de l'enfance de la mort de sonpère , la mère et la sœur aînée dans un incendie ont continué à hanter Alice, et elle est tombée encore nouveau dans des périodes de violence et de folles divagations, souffrant de post- traumatique désordre. Wonderland se est détruit et endommagé à nouveau jusqu'à ce qu'il a été brisé et morts à Alice.
Un jour, après sa séance avec le médecin était terminée, Bumby envoyé Alice pour ramasser la médecine au pharmacien. Sur son chemin, Alice est devenu déviée de suivre un chat errant. En entrant dans une ruelle sombre, elle a connu une hallucination de plusieurs figures monstrueuses avec Jabberwock têtes qui l'entoure, jusqu'à ce qu'il a été interrompu par Pris Witless , qui avait trouvé son errance autour. Alice ne était pas très heureux de voir la vieille femme que Witless utilisait «aveux» d'Alice pour la faire chanter afin d'obtenir de l'argent pour acheter de l'alcool. En retour, Witless ne serait pas signaler les «aveux» de Alice à la police. Alice a été surpris d'entendre que Witless pourrait avoir des informations au sujet de son manque de lapin jouet . Witless ensuite amené Alice à son toit, où Alice avait une autre hallucination de Witless transformer en Jabberwock. La crainte de voir Alice avait Witless tour en un monstre déclenché une dépression nerveuse encore plus grande, et Alice tomba dans Wonderland nouveau.
Alice a atterri dans le Vale of Tears , et a trouvé des merveilles apparaît être beaucoup plus calme que quand elle était dans Rutledge. Cependant, accueilli par son vieil ami Cheshire Cat , il lui a dit qu'il y avait un nouveau dirigeant au pays des merveilles et de la santé mentale de Alice était à risque une fois de plus. Après avoir traversé par la Vale of Tears et le regarder se écrouler autour d'elle, elle entra domaine de Chapelier nouveau, et a trouvé le Mad Hatter en morceaux, après la Lièvre de Marset Loir se sont retournés contre lui et ont repris l'usine. The Mad Hatter informé Alice sur les changements Loir et Lièvre de Mars faite à l'usine. Alice a accepté de le reconstruire en échange d'informations sur la source de la corruption de Wonderland.
Après avoir récupéré ses membres, Alice et Hatter ont fait irruption dans la principale plaque tournante de l'usine, et Alice ont assisté à la vue du train infernal de quitter l'usine et le cap des Merveilles, où plusieurs Wonderlanders considérés comme la cause de toute la corruption. Dès le départ du train, Loir et le Lièvre de Mars levées le Chapelier loin avec un crochet géant et confrontés Alice dans un robot de mécanique contrôlée par eux deux.
Toutefois, le Chapelier se est libéré et a chuté une théière sur le robot de bataille l'amenant à se effondrer et éjecter Loir et Lièvre de Mars sur le sol devant Alice. L'usine de Mad Hatter a commencé à se effondrer autour du lui, Alice, et les cadavres de Loir et Lièvre de Mars.
The Mad Hatter glissé soudainement dans un état délirant et a commencé à converser avec Loir et Lièvre de Mars, affirmant qu'il voulait seulement une autre partie de thé. Alice a exhorté Chapelier de donner plus d'informations sur le Train Infernal, mais le Chapelier rapidement rejeté les questions Alice et retourné à boire du thé avec ses amis morts. Alice a plaidé avec le Chapelier seulement pour lui d'être écrasé par les débris du toit effondré de l'usine. Alice se est moqué, affirmant qu'il méritait de mourir de ne pas tenir sa part du marché en l'aidant et a été rapidement submergé par une mer de thé et se est noyé.
Alice se est réveillé dans le monde réel de trouver deux pêcheurs qui l'ont sortie de la Tamise. Elle a navigué les quais de trouver Nan Sharpe , son ancienne nounou, à la Mangled sirène , un bordel. A l'intérieur, elle interrompit un assaut entre Nanny et Jack Splatter . Alice a ordonné de quitter Jack Nan Sharpe seul, mais a été assommé par lui, déclenchant un voyage de retour au pays des merveilles.
Se réveiller Tundraful , elle a rencontré Simili-Tortue à nouveau, l'ancien chef de gare du chemin de fer Looking verre et le capitaine actuel du HMS Gryphon . Ils ont tous deux aller sous l'eau à l'Deluded profondeurs , mais quand Alice interrogé Tortue sur le train, il a été incapable de lui donner des informations, comme il était trop terrifié d'en parler après avoir été remplacé en tant que chef de gare. Fausse tortue Alice a donné un billet pour le charpentier de l ' émission , la pressant de l'utiliser. Traversant les profondeurs, Alice est arrivé au salon du charpentier, et a effectué plusieurs courses pour lui en échange d'informations sur le train.
Cependant, Carpenter a trahie et son piégé dans un cimetière fantôme remplie. Alice a réussi à le faire pour le début du spectacle, où Walrus a commencé à manger les Starlets Oyster et autres citoyens de Barrelbottom . Alice se est fâché avec Carpenter pour ses actions, mais il lui a dit qu'il essayait seulement de cacher des merveilles du train infernal. Comme ledit train se écraser dans, il a laissé entendre que Alice était partiellement responsable du train et que quelqu'un la confusion. Ses derniers mots de conseils à Alice était de chercher Caterpillar .
Alice se est réveillé pour constater que Splatter avait fixé le Mermaid Mangled sur le feu. Sa nounou, pas disposé à parler de l'incendie qui a tué le Liddell de, escorté Alice à Wilton J. Radcliffe , l'avocat de la famille Liddell afin qu'elle puisse lui poser des questions et de recueillir son lapin poupée, mais après Radcliffe a exprimé ses soupçons concernant le rôle d'Alice dans le feu , elle a eu une crise psychotique. Alice au pays des merveilles est arrivé dans la maison abandonnée de Radcliffe. Elle a quitté la maison et dans le Vale torsadée et la corruption des larmes maintenant appelé le Vale of Doom .
Après avoir traversé la vallée décousue of Doom, Alice est venu à une petite piscine avec une petite montagne d'atteindre à partir du milieu de celui-ci. Caterpillar l'entourait dans la fumée, elle se blottissant dans Oriental Grove , le domaine de l'Caterpillar. Tout en passant par la région et l'envoi des Wasps vicieux, elle a récupéré un souvenir refoulé: elle se souvint que Dinah était dans sa chambre avec elle sur la nuit de l'incendie, et la lampe à huile ne allumée dans la maison a été l'étage sert de nuit de couloir -light, de sorte qu'il ne aurait pas pu Dinah qui a commencé le feu. Après avoir atteint le temple de Caterpillar, Caterpillar a amenée au fond du temple où il a été enfermé dans un cocon.
Alice était en détresse à sauver le monde, doutant de sa capacité quand elle ne peut pas se sauver. Caterpillar a répondu qu'en sauvant Wonderland signifiait qu'elle serait également aider elle-même. Il a également mentionné que le train était la création d'Alice, et qu'elle doit chercher la reine des coeurs , dont Caterpillar décrit comme "quelqu'un qu'elle connaissait une fois et je ai adoré." La montagne a commencé à se effriter et agiter de Caterpillar se est libérée de son cocon et a volé hors de la montagne et dans le ciel comme un papillon. Alice a été exposé à la lumière du soleil aveuglant qui signe son retour à la réalité. Elle a vu la silhouette d'un papillon voltigeant sur une fenêtre.
Alice se réveilla à nouveau, cette fois en prison , où la police l'a amenée après qu'elle avait une crise d'hystérie dans le milieu de la rue. En sortant de prison, Alice est rapidement tombé dans une autre forme et est entré Cardbridge , une terre haut dans le ciel du pays des merveilles composé de nombreuses plates-formes en cartes à jouer qui se déplaçaient au hasard. Après avoir quitté Cardbridge, elle descendit du ciel pour les restes en décomposition de Queensland . Cheshire Cat conversé avec Alice sur son triomphe sur la reine et l'a exhortée à procéder avant.
Elle a atteint l'entrée du palais de le trouver bloquée par les vaincus Roi blanc . Il l'a informée que, après son départ, la Reine a repris et l'a emprisonné là. Il a également mentionné que le détruire lui permettra d'avancer. Avant Alice l'a tué, le roi blanc l'avertit d'un «tueur en taille", a révélé être le bourreau , patrouillant Queensland et découragé Alice de se battre contre lui.
Peu de temps après, Alice a rencontré le «tueur hors-taille" lui-même et se est échappé de sa vie. Cheshire apparu disant que le bourreau n'a pas normalement courir après ceux qui lui échapper mais Alice était sa seule exception. Grâce à son périple à travers le Queensland, le Bourreau trouvé Alice et soit tenté de la tuer ou de lui envoyer à différentes parties du Queensland.
Cependant, alors que Alice a fait son chemin à travers de la Reine Rouge la cour , elle a été poursuivie par le Bourreau et a trouvé un gâteauétiqueté «Eat Me." Alice a mangé une tranche et a grandi à taille énorme à piétiner sur le Bourreau, le tuant. Tout en regardant pour la reine, Alice déduit que sa sœur aînée, qui a été trouvé mort, mais non brûlé, ne avait pas été tué par le feu, mais avait été tué par le vrai pyromane.Cependant, elle ne savait toujours pas qui était le pyromane. Quand elle a atteint le centre du château , la reine colère réprimandé Alice pour permettre le train pour se déchaîner et ne pas voir ce qui était autour d'elle. La Reine Alice enveloppé dans ses tentacules et son consommé, l'envoyant dans un cauchemar.
Après avoir vu une vision de Dr Wilson et infirmière Cratchet , Alice allés sur une promenade surréaliste travers Rutledge et il avaient été incarcérés. Cependant, il se est avéré être juste une autre hallucination mélangé avec ses souvenirs de son temps à l'asile. Alice entra dans la salle d'attente où Bumby, Nan Sharpe, infirmière Witless, et M. Radcliffe grondait sur la résistance de Alice oublier de leur point de vue, déclarant qu'elle soit conforme et d'oublier ou de revenir à Rutledge toujours.Alice éclata bientôt libre de l'hallucination et se trouve dans Hyde Park . Elle a rencontré un mortellement blessé enfant Insane , qui lui a dit qu'un nouveau règne le mal, pire que la reine conquis. L'enfant mourut, laissant Alice de procéder dans la Dollhouse .
Dans le désert de jouets abandonnés, Alice a rencontré le Insane enfants. Leur chef a demandé pour son aide et a offert une explication très cryptique pour ce qui se passait, en disant que "parties" des enfants ont été prises d'eux par le cerveau derrière le train infernal et les Ruinmonstres, le Dollmaker . Cependant, les Insane enfants ont été forcés de se cacher avant d'avoir pu expliquer davantage. Après avoir voyagé à travers la Dollhouse, Alice est venu à réaliser que Bumby était la personne dans sa maison dans la nuit de l'incendie. Il a été confirmé quand elle a rencontré l'Dollmaker, qui ressemblait beaucoup Bumby, et il se est vanté essentiellement ce qu'il a fait. Le Dollmaker capturé Alice et son fait dans une poupée. Elle a réussi à se libérer de ses moments de retenue plus tard.
Presque immédiatement après cette confrontation, Alice, en réalité, confronté au Bumby Moorgate .Il se vantait de sa violence envers les enfants placés sous sa garde, leur faisant oublier tout et de les transformer en prostituées. Dans le même temps, au pays des merveilles, Alice a fait son chemin à travers le train infernal, et le long de la façon dont a parlé à Chapelier, Caterpillar, et la reine. Le Chapelier grondait dans l'illusion de la quête d'Alice pour la vérité et a mentionné d'une manière très rond-point qui se forçant à oublier ne était pas sa solution, mais la source de sa confusion.
Ensuite, Alice confronté Caterpillar, qui a dit que, parce que Alice était obsédé par ses propres besoins, elle est devenue inconsciente d'actions évidentes de Bumby envers les enfants, faisant d'elle tout aussi mauvais que lui. Elle a également parlé à la reine, qui lui a dit que sa soeur ne parlait dans son sommeil la nuit de l'incendie, ce qui rend Alice se rendre compte que Bumby, qui a été obsédé par Lizzie, avait violée avant de commencer le feu. La reine lui a dit de faire sa survie de l'incendie signifie quelque chose ou Wonderland et se seraient tous condamnés.
Après Alice détruit le Dollmaker, elle a finalement résisté à Bumby dans le monde réel et a menacé de dire à la police au sujet de ses crimes. Bumby ne avait pas peur de ses paroles car il savait que personne ne croirait une folle et simplement lui a dit de se en aller. Sachant que Bumby serait peu probable être condamnée et qu'elle ne peut jamais avoir une autre chance de se venger, Alice a fait un choix. Comme elle était sur le point de partir, Alice hésita et, dans sa robe Wonderland , se retourna et le poussa devant un train, le tuant.
Alors qu'elle sortait de la station, Alice entra dans Londerland , où Wonderland et Londres avaient tissé dans une existence, et Cat lui a dit qu'elle ne peut pas rentrer à la maison comme elle se dégagea de la douleur et de la souffrance dans la réalité et psychologiques mondes Elle a été forcée à appeler sa maison. Alors que tant de ravages était tombé sur des merveilles, sa mémoire était sûr pour l'instant.

Sur le serveur Alice est toujours aussi perturber et violente elle ne fait pas confiance rapidement au gens .
liens recherchés
(f) nature du lien
description.
(m) nature du lien
description.
fiche de night sky. / avatar de Everliam. / gif de tumblr
Prince de Final Fantasy XV
avatar

Un peu + sur toi
Feat: Noctis Lucis Caelum
Crédits: Google
Pouvoirs/Armes:
Voir le profil de l'utilisateur


Noct : Je m'étonne moi même parfois.

Gladio : C'est la taille de ton égaux qui m'étonne !

Prompte : Honnêtement, le plus étonnant c'est qu'on s'en soit tiré !
FFXV;
by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Mer 29 Avr - 22:38



prénom prénom nom
nature du lien
Il la prit, elle tombait, il la prit dans ses bras, il la serra étroitement sans avoir conscience de ce qu’il faisait. Il la soutenait tout en chancelant. Il était comme s’il avait la tête pleine de fumée ; des éclairs lui passaient entre les cils ; ses idées s’évanouissaient ; il lui semblait qu’il accomplissait un acte religieux et qu’il commettait une profanation. Ducostte-1.jpg reste il n’avait pas le moindre désir de cette femme ravissante dont il sentait la forme contre sa poitrine. Il était éperdu d’amour. Elle lui prit une main et la posa sur son cœur. Il sentit le papier qui y était. Il balbutia : « Vous m’aimez donc ? » Elle répondit d’une voix si basse que ce n’était plus qu’un souffle qu’on entendait à peine : « Tais-toi ! tu le sais ! » Et elle cacha sa tête rouge dans le sein du jeune homme superbe et enivré. Il tomba sur le banc, elle près de lui. Ils n’avaient plus de paroles. Les étoiles commençaient à rayonner. Comment se fit-il que leurs lèvres se rencontrèrent ? Comment se fait-il que l’oiseau chante, que la neige fonde, que la rose s’ouvre, que mai s’épanouisse, que l’aube blanchisse derrière les arbres noirs au sommet frissonnant des collines ? Un baiser, et ce fut tout. Tous deux tressaillirent, et ils se regardèrent dans l’ombre avec des yeux éclatants. Ils ne sentaient ni la nuit fraîche, ni la pierre froide, ni la terre humide, ni l’herbe mouillée, ils se regardaient et ils avaient le cœur plein de pensées. Ils s’étaient pris les mains, sans savoir.
© avatar night sky.
prénom prénom nom
nature du lien
Il la prit, elle tombait, il la prit dans ses bras, il la serra étroitement sans avoir conscience de ce qu’il faisait. Il la soutenait tout en chancelant. Il était comme s’il avait la tête pleine de fumée ; des éclairs lui passaient entre les cils ; ses idées s’évanouissaient ; il lui semblait qu’il accomplissait un acte religieux et qu’il commettait une profanation. Ducostte-1.jpg reste il n’avait pas le moindre désir de cette femme ravissante dont il sentait la forme contre sa poitrine. Il était éperdu d’amour. Elle lui prit une main et la posa sur son cœur. Il sentit le papier qui y était. Il balbutia : « Vous m’aimez donc ? » Elle répondit d’une voix si basse que ce n’était plus qu’un souffle qu’on entendait à peine : « Tais-toi ! tu le sais ! » Et elle cacha sa tête rouge dans le sein du jeune homme superbe et enivré. Il tomba sur le banc, elle près de lui. Ils n’avaient plus de paroles. Les étoiles commençaient à rayonner. Comment se fit-il que leurs lèvres se rencontrèrent ? Comment se fait-il que l’oiseau chante, que la neige fonde, que la rose s’ouvre, que mai s’épanouisse, que l’aube blanchisse derrière les arbres noirs au sommet frissonnant des collines ? Un baiser, et ce fut tout. Tous deux tressaillirent, et ils se regardèrent dans l’ombre avec des yeux éclatants. Ils ne sentaient ni la nuit fraîche, ni la pierre froide, ni la terre humide, ni l’herbe mouillée, ils se regardaient et ils avaient le cœur plein de pensées. Ils s’étaient pris les mains, sans savoir.
© avatar night sky.


prénom prénom nom
nature du lien
Il la prit, elle tombait, il la prit dans ses bras, il la serra étroitement sans avoir conscience de ce qu’il faisait. Il la soutenait tout en chancelant. Il était comme s’il avait la tête pleine de fumée ; des éclairs lui passaient entre les cils ; ses idées s’évanouissaient ; il lui semblait qu’il accomplissait un acte religieux et qu’il commettait une profanation. Ducostte-1.jpg reste il n’avait pas le moindre désir de cette femme ravissante dont il sentait la forme contre sa poitrine. Il était éperdu d’amour. Elle lui prit une main et la posa sur son cœur. Il sentit le papier qui y était. Il balbutia : « Vous m’aimez donc ? » Elle répondit d’une voix si basse que ce n’était plus qu’un souffle qu’on entendait à peine : « Tais-toi ! tu le sais ! » Et elle cacha sa tête rouge dans le sein du jeune homme superbe et enivré. Il tomba sur le banc, elle près de lui. Ils n’avaient plus de paroles. Les étoiles commençaient à rayonner. Comment se fit-il que leurs lèvres se rencontrèrent ? Comment se fait-il que l’oiseau chante, que la neige fonde, que la rose s’ouvre, que mai s’épanouisse, que l’aube blanchisse derrière les arbres noirs au sommet frissonnant des collines ? Un baiser, et ce fut tout. Tous deux tressaillirent, et ils se regardèrent dans l’ombre avec des yeux éclatants. Ils ne sentaient ni la nuit fraîche, ni la pierre froide, ni la terre humide, ni l’herbe mouillée, ils se regardaient et ils avaient le cœur plein de pensées. Ils s’étaient pris les mains, sans savoir.
© avatar night sky.
prénom prénom nom
nature du lien
Il la prit, elle tombait, il la prit dans ses bras, il la serra étroitement sans avoir conscience de ce qu’il faisait. Il la soutenait tout en chancelant. Il était comme s’il avait la tête pleine de fumée ; des éclairs lui passaient entre les cils ; ses idées s’évanouissaient ; il lui semblait qu’il accomplissait un acte religieux et qu’il commettait une profanation. Ducostte-1.jpg reste il n’avait pas le moindre désir de cette femme ravissante dont il sentait la forme contre sa poitrine. Il était éperdu d’amour. Elle lui prit une main et la posa sur son cœur. Il sentit le papier qui y était. Il balbutia : « Vous m’aimez donc ? » Elle répondit d’une voix si basse que ce n’était plus qu’un souffle qu’on entendait à peine : « Tais-toi ! tu le sais ! » Et elle cacha sa tête rouge dans le sein du jeune homme superbe et enivré. Il tomba sur le banc, elle près de lui. Ils n’avaient plus de paroles. Les étoiles commençaient à rayonner. Comment se fit-il que leurs lèvres se rencontrèrent ? Comment se fait-il que l’oiseau chante, que la neige fonde, que la rose s’ouvre, que mai s’épanouisse, que l’aube blanchisse derrière les arbres noirs au sommet frissonnant des collines ? Un baiser, et ce fut tout. Tous deux tressaillirent, et ils se regardèrent dans l’ombre avec des yeux éclatants. Ils ne sentaient ni la nuit fraîche, ni la pierre froide, ni la terre humide, ni l’herbe mouillée, ils se regardaient et ils avaient le cœur plein de pensées. Ils s’étaient pris les mains, sans savoir.
© avatar night sky.


prénom prénom nom
nature du lien
Il la prit, elle tombait, il la prit dans ses bras, il la serra étroitement sans avoir conscience de ce qu’il faisait. Il la soutenait tout en chancelant. Il était comme s’il avait la tête pleine de fumée ; des éclairs lui passaient entre les cils ; ses idées s’évanouissaient ; il lui semblait qu’il accomplissait un acte religieux et qu’il commettait une profanation. Ducostte-1.jpg reste il n’avait pas le moindre désir de cette femme ravissante dont il sentait la forme contre sa poitrine. Il était éperdu d’amour. Elle lui prit une main et la posa sur son cœur. Il sentit le papier qui y était. Il balbutia : « Vous m’aimez donc ? » Elle répondit d’une voix si basse que ce n’était plus qu’un souffle qu’on entendait à peine : « Tais-toi ! tu le sais ! » Et elle cacha sa tête rouge dans le sein du jeune homme superbe et enivré. Il tomba sur le banc, elle près de lui. Ils n’avaient plus de paroles. Les étoiles commençaient à rayonner. Comment se fit-il que leurs lèvres se rencontrèrent ? Comment se fait-il que l’oiseau chante, que la neige fonde, que la rose s’ouvre, que mai s’épanouisse, que l’aube blanchisse derrière les arbres noirs au sommet frissonnant des collines ? Un baiser, et ce fut tout. Tous deux tressaillirent, et ils se regardèrent dans l’ombre avec des yeux éclatants. Ils ne sentaient ni la nuit fraîche, ni la pierre froide, ni la terre humide, ni l’herbe mouillée, ils se regardaient et ils avaient le cœur plein de pensées. Ils s’étaient pris les mains, sans savoir.
© avatar night sky.
prénom prénom nom
nature du lien
Il la prit, elle tombait, il la prit dans ses bras, il la serra étroitement sans avoir conscience de ce qu’il faisait. Il la soutenait tout en chancelant. Il était comme s’il avait la tête pleine de fumée ; des éclairs lui passaient entre les cils ; ses idées s’évanouissaient ; il lui semblait qu’il accomplissait un acte religieux et qu’il commettait une profanation. Ducostte-1.jpg reste il n’avait pas le moindre désir de cette femme ravissante dont il sentait la forme contre sa poitrine. Il était éperdu d’amour. Elle lui prit une main et la posa sur son cœur. Il sentit le papier qui y était. Il balbutia : « Vous m’aimez donc ? » Elle répondit d’une voix si basse que ce n’était plus qu’un souffle qu’on entendait à peine : « Tais-toi ! tu le sais ! » Et elle cacha sa tête rouge dans le sein du jeune homme superbe et enivré. Il tomba sur le banc, elle près de lui. Ils n’avaient plus de paroles. Les étoiles commençaient à rayonner. Comment se fit-il que leurs lèvres se rencontrèrent ? Comment se fait-il que l’oiseau chante, que la neige fonde, que la rose s’ouvre, que mai s’épanouisse, que l’aube blanchisse derrière les arbres noirs au sommet frissonnant des collines ? Un baiser, et ce fut tout. Tous deux tressaillirent, et ils se regardèrent dans l’ombre avec des yeux éclatants. Ils ne sentaient ni la nuit fraîche, ni la pierre froide, ni la terre humide, ni l’herbe mouillée, ils se regardaient et ils avaient le cœur plein de pensées. Ils s’étaient pris les mains, sans savoir.
© avatar night sky.


prénom prénom nom
nature du lien
Il la prit, elle tombait, il la prit dans ses bras, il la serra étroitement sans avoir conscience de ce qu’il faisait. Il la soutenait tout en chancelant. Il était comme s’il avait la tête pleine de fumée ; des éclairs lui passaient entre les cils ; ses idées s’évanouissaient ; il lui semblait qu’il accomplissait un acte religieux et qu’il commettait une profanation. Ducostte-1.jpg reste il n’avait pas le moindre désir de cette femme ravissante dont il sentait la forme contre sa poitrine. Il était éperdu d’amour. Elle lui prit une main et la posa sur son cœur. Il sentit le papier qui y était. Il balbutia : « Vous m’aimez donc ? » Elle répondit d’une voix si basse que ce n’était plus qu’un souffle qu’on entendait à peine : « Tais-toi ! tu le sais ! » Et elle cacha sa tête rouge dans le sein du jeune homme superbe et enivré. Il tomba sur le banc, elle près de lui. Ils n’avaient plus de paroles. Les étoiles commençaient à rayonner. Comment se fit-il que leurs lèvres se rencontrèrent ? Comment se fait-il que l’oiseau chante, que la neige fonde, que la rose s’ouvre, que mai s’épanouisse, que l’aube blanchisse derrière les arbres noirs au sommet frissonnant des collines ? Un baiser, et ce fut tout. Tous deux tressaillirent, et ils se regardèrent dans l’ombre avec des yeux éclatants. Ils ne sentaient ni la nuit fraîche, ni la pierre froide, ni la terre humide, ni l’herbe mouillée, ils se regardaient et ils avaient le cœur plein de pensées. Ils s’étaient pris les mains, sans savoir.
© avatar night sky.
prénom prénom nom
nature du lien
Il la prit, elle tombait, il la prit dans ses bras, il la serra étroitement sans avoir conscience de ce qu’il faisait. Il la soutenait tout en chancelant. Il était comme s’il avait la tête pleine de fumée ; des éclairs lui passaient entre les cils ; ses idées s’évanouissaient ; il lui semblait qu’il accomplissait un acte religieux et qu’il commettait une profanation. Ducostte-1.jpg reste il n’avait pas le moindre désir de cette femme ravissante dont il sentait la forme contre sa poitrine. Il était éperdu d’amour. Elle lui prit une main et la posa sur son cœur. Il sentit le papier qui y était. Il balbutia : « Vous m’aimez donc ? » Elle répondit d’une voix si basse que ce n’était plus qu’un souffle qu’on entendait à peine : « Tais-toi ! tu le sais ! » Et elle cacha sa tête rouge dans le sein du jeune homme superbe et enivré. Il tomba sur le banc, elle près de lui. Ils n’avaient plus de paroles. Les étoiles commençaient à rayonner. Comment se fit-il que leurs lèvres se rencontrèrent ? Comment se fait-il que l’oiseau chante, que la neige fonde, que la rose s’ouvre, que mai s’épanouisse, que l’aube blanchisse derrière les arbres noirs au sommet frissonnant des collines ? Un baiser, et ce fut tout. Tous deux tressaillirent, et ils se regardèrent dans l’ombre avec des yeux éclatants. Ils ne sentaient ni la nuit fraîche, ni la pierre froide, ni la terre humide, ni l’herbe mouillée, ils se regardaient et ils avaient le cœur plein de pensées. Ils s’étaient pris les mains, sans savoir.
© avatar night sky.
Prince de Final Fantasy XV
avatar

Un peu + sur toi
Feat: Noctis Lucis Caelum
Crédits: Google
Pouvoirs/Armes:
Voir le profil de l'utilisateur


Noct : Je m'étonne moi même parfois.

Gladio : C'est la taille de ton égaux qui m'étonne !

Prompte : Honnêtement, le plus étonnant c'est qu'on s'en soit tiré !
FFXV;
by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Mer 29 Avr - 22:38
uc
Prince de Final Fantasy XV
avatar

Un peu + sur toi
Feat: Noctis Lucis Caelum
Crédits: Google
Pouvoirs/Armes:
Voir le profil de l'utilisateur


Noct : Je m'étonne moi même parfois.

Gladio : C'est la taille de ton égaux qui m'étonne !

Prompte : Honnêtement, le plus étonnant c'est qu'on s'en soit tiré !
FFXV;
by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Mer 29 Avr - 22:38



prénom prénom nom
nature du lien
Il la prit, elle tombait, il la prit dans ses bras, il la serra étroitement sans avoir conscience de ce qu’il faisait. Il la soutenait tout en chancelant. Il était comme s’il avait la tête pleine de fumée ; des éclairs lui passaient entre les cils ; ses idées s’évanouissaient ; il lui semblait qu’il accomplissait un acte religieux et qu’il commettait une profanation. Ducostte-1.jpg reste il n’avait pas le moindre désir de cette femme ravissante dont il sentait la forme contre sa poitrine. Il était éperdu d’amour. Elle lui prit une main et la posa sur son cœur. Il sentit le papier qui y était. Il balbutia : « Vous m’aimez donc ? » Elle répondit d’une voix si basse que ce n’était plus qu’un souffle qu’on entendait à peine : « Tais-toi ! tu le sais ! » Et elle cacha sa tête rouge dans le sein du jeune homme superbe et enivré. Il tomba sur le banc, elle près de lui. Ils n’avaient plus de paroles. Les étoiles commençaient à rayonner. Comment se fit-il que leurs lèvres se rencontrèrent ? Comment se fait-il que l’oiseau chante, que la neige fonde, que la rose s’ouvre, que mai s’épanouisse, que l’aube blanchisse derrière les arbres noirs au sommet frissonnant des collines ? Un baiser, et ce fut tout. Tous deux tressaillirent, et ils se regardèrent dans l’ombre avec des yeux éclatants. Ils ne sentaient ni la nuit fraîche, ni la pierre froide, ni la terre humide, ni l’herbe mouillée, ils se regardaient et ils avaient le cœur plein de pensées. Ils s’étaient pris les mains, sans savoir.
© avatar night sky.
prénom prénom nom
nature du lien
Il la prit, elle tombait, il la prit dans ses bras, il la serra étroitement sans avoir conscience de ce qu’il faisait. Il la soutenait tout en chancelant. Il était comme s’il avait la tête pleine de fumée ; des éclairs lui passaient entre les cils ; ses idées s’évanouissaient ; il lui semblait qu’il accomplissait un acte religieux et qu’il commettait une profanation. Ducostte-1.jpg reste il n’avait pas le moindre désir de cette femme ravissante dont il sentait la forme contre sa poitrine. Il était éperdu d’amour. Elle lui prit une main et la posa sur son cœur. Il sentit le papier qui y était. Il balbutia : « Vous m’aimez donc ? » Elle répondit d’une voix si basse que ce n’était plus qu’un souffle qu’on entendait à peine : « Tais-toi ! tu le sais ! » Et elle cacha sa tête rouge dans le sein du jeune homme superbe et enivré. Il tomba sur le banc, elle près de lui. Ils n’avaient plus de paroles. Les étoiles commençaient à rayonner. Comment se fit-il que leurs lèvres se rencontrèrent ? Comment se fait-il que l’oiseau chante, que la neige fonde, que la rose s’ouvre, que mai s’épanouisse, que l’aube blanchisse derrière les arbres noirs au sommet frissonnant des collines ? Un baiser, et ce fut tout. Tous deux tressaillirent, et ils se regardèrent dans l’ombre avec des yeux éclatants. Ils ne sentaient ni la nuit fraîche, ni la pierre froide, ni la terre humide, ni l’herbe mouillée, ils se regardaient et ils avaient le cœur plein de pensées. Ils s’étaient pris les mains, sans savoir.
© avatar night sky.


prénom prénom nom
nature du lien
Il la prit, elle tombait, il la prit dans ses bras, il la serra étroitement sans avoir conscience de ce qu’il faisait. Il la soutenait tout en chancelant. Il était comme s’il avait la tête pleine de fumée ; des éclairs lui passaient entre les cils ; ses idées s’évanouissaient ; il lui semblait qu’il accomplissait un acte religieux et qu’il commettait une profanation. Ducostte-1.jpg reste il n’avait pas le moindre désir de cette femme ravissante dont il sentait la forme contre sa poitrine. Il était éperdu d’amour. Elle lui prit une main et la posa sur son cœur. Il sentit le papier qui y était. Il balbutia : « Vous m’aimez donc ? » Elle répondit d’une voix si basse que ce n’était plus qu’un souffle qu’on entendait à peine : « Tais-toi ! tu le sais ! » Et elle cacha sa tête rouge dans le sein du jeune homme superbe et enivré. Il tomba sur le banc, elle près de lui. Ils n’avaient plus de paroles. Les étoiles commençaient à rayonner. Comment se fit-il que leurs lèvres se rencontrèrent ? Comment se fait-il que l’oiseau chante, que la neige fonde, que la rose s’ouvre, que mai s’épanouisse, que l’aube blanchisse derrière les arbres noirs au sommet frissonnant des collines ? Un baiser, et ce fut tout. Tous deux tressaillirent, et ils se regardèrent dans l’ombre avec des yeux éclatants. Ils ne sentaient ni la nuit fraîche, ni la pierre froide, ni la terre humide, ni l’herbe mouillée, ils se regardaient et ils avaient le cœur plein de pensées. Ils s’étaient pris les mains, sans savoir.
© avatar night sky.
prénom prénom nom
nature du lien
Il la prit, elle tombait, il la prit dans ses bras, il la serra étroitement sans avoir conscience de ce qu’il faisait. Il la soutenait tout en chancelant. Il était comme s’il avait la tête pleine de fumée ; des éclairs lui passaient entre les cils ; ses idées s’évanouissaient ; il lui semblait qu’il accomplissait un acte religieux et qu’il commettait une profanation. Ducostte-1.jpg reste il n’avait pas le moindre désir de cette femme ravissante dont il sentait la forme contre sa poitrine. Il était éperdu d’amour. Elle lui prit une main et la posa sur son cœur. Il sentit le papier qui y était. Il balbutia : « Vous m’aimez donc ? » Elle répondit d’une voix si basse que ce n’était plus qu’un souffle qu’on entendait à peine : « Tais-toi ! tu le sais ! » Et elle cacha sa tête rouge dans le sein du jeune homme superbe et enivré. Il tomba sur le banc, elle près de lui. Ils n’avaient plus de paroles. Les étoiles commençaient à rayonner. Comment se fit-il que leurs lèvres se rencontrèrent ? Comment se fait-il que l’oiseau chante, que la neige fonde, que la rose s’ouvre, que mai s’épanouisse, que l’aube blanchisse derrière les arbres noirs au sommet frissonnant des collines ? Un baiser, et ce fut tout. Tous deux tressaillirent, et ils se regardèrent dans l’ombre avec des yeux éclatants. Ils ne sentaient ni la nuit fraîche, ni la pierre froide, ni la terre humide, ni l’herbe mouillée, ils se regardaient et ils avaient le cœur plein de pensées. Ils s’étaient pris les mains, sans savoir.
© avatar night sky.


prénom prénom nom
nature du lien
Il la prit, elle tombait, il la prit dans ses bras, il la serra étroitement sans avoir conscience de ce qu’il faisait. Il la soutenait tout en chancelant. Il était comme s’il avait la tête pleine de fumée ; des éclairs lui passaient entre les cils ; ses idées s’évanouissaient ; il lui semblait qu’il accomplissait un acte religieux et qu’il commettait une profanation. Ducostte-1.jpg reste il n’avait pas le moindre désir de cette femme ravissante dont il sentait la forme contre sa poitrine. Il était éperdu d’amour. Elle lui prit une main et la posa sur son cœur. Il sentit le papier qui y était. Il balbutia : « Vous m’aimez donc ? » Elle répondit d’une voix si basse que ce n’était plus qu’un souffle qu’on entendait à peine : « Tais-toi ! tu le sais ! » Et elle cacha sa tête rouge dans le sein du jeune homme superbe et enivré. Il tomba sur le banc, elle près de lui. Ils n’avaient plus de paroles. Les étoiles commençaient à rayonner. Comment se fit-il que leurs lèvres se rencontrèrent ? Comment se fait-il que l’oiseau chante, que la neige fonde, que la rose s’ouvre, que mai s’épanouisse, que l’aube blanchisse derrière les arbres noirs au sommet frissonnant des collines ? Un baiser, et ce fut tout. Tous deux tressaillirent, et ils se regardèrent dans l’ombre avec des yeux éclatants. Ils ne sentaient ni la nuit fraîche, ni la pierre froide, ni la terre humide, ni l’herbe mouillée, ils se regardaient et ils avaient le cœur plein de pensées. Ils s’étaient pris les mains, sans savoir.
© avatar night sky.
prénom prénom nom
nature du lien
Il la prit, elle tombait, il la prit dans ses bras, il la serra étroitement sans avoir conscience de ce qu’il faisait. Il la soutenait tout en chancelant. Il était comme s’il avait la tête pleine de fumée ; des éclairs lui passaient entre les cils ; ses idées s’évanouissaient ; il lui semblait qu’il accomplissait un acte religieux et qu’il commettait une profanation. Ducostte-1.jpg reste il n’avait pas le moindre désir de cette femme ravissante dont il sentait la forme contre sa poitrine. Il était éperdu d’amour. Elle lui prit une main et la posa sur son cœur. Il sentit le papier qui y était. Il balbutia : « Vous m’aimez donc ? » Elle répondit d’une voix si basse que ce n’était plus qu’un souffle qu’on entendait à peine : « Tais-toi ! tu le sais ! » Et elle cacha sa tête rouge dans le sein du jeune homme superbe et enivré. Il tomba sur le banc, elle près de lui. Ils n’avaient plus de paroles. Les étoiles commençaient à rayonner. Comment se fit-il que leurs lèvres se rencontrèrent ? Comment se fait-il que l’oiseau chante, que la neige fonde, que la rose s’ouvre, que mai s’épanouisse, que l’aube blanchisse derrière les arbres noirs au sommet frissonnant des collines ? Un baiser, et ce fut tout. Tous deux tressaillirent, et ils se regardèrent dans l’ombre avec des yeux éclatants. Ils ne sentaient ni la nuit fraîche, ni la pierre froide, ni la terre humide, ni l’herbe mouillée, ils se regardaient et ils avaient le cœur plein de pensées. Ils s’étaient pris les mains, sans savoir.
© avatar night sky.


prénom prénom nom
nature du lien
Il la prit, elle tombait, il la prit dans ses bras, il la serra étroitement sans avoir conscience de ce qu’il faisait. Il la soutenait tout en chancelant. Il était comme s’il avait la tête pleine de fumée ; des éclairs lui passaient entre les cils ; ses idées s’évanouissaient ; il lui semblait qu’il accomplissait un acte religieux et qu’il commettait une profanation. Ducostte-1.jpg reste il n’avait pas le moindre désir de cette femme ravissante dont il sentait la forme contre sa poitrine. Il était éperdu d’amour. Elle lui prit une main et la posa sur son cœur. Il sentit le papier qui y était. Il balbutia : « Vous m’aimez donc ? » Elle répondit d’une voix si basse que ce n’était plus qu’un souffle qu’on entendait à peine : « Tais-toi ! tu le sais ! » Et elle cacha sa tête rouge dans le sein du jeune homme superbe et enivré. Il tomba sur le banc, elle près de lui. Ils n’avaient plus de paroles. Les étoiles commençaient à rayonner. Comment se fit-il que leurs lèvres se rencontrèrent ? Comment se fait-il que l’oiseau chante, que la neige fonde, que la rose s’ouvre, que mai s’épanouisse, que l’aube blanchisse derrière les arbres noirs au sommet frissonnant des collines ? Un baiser, et ce fut tout. Tous deux tressaillirent, et ils se regardèrent dans l’ombre avec des yeux éclatants. Ils ne sentaient ni la nuit fraîche, ni la pierre froide, ni la terre humide, ni l’herbe mouillée, ils se regardaient et ils avaient le cœur plein de pensées. Ils s’étaient pris les mains, sans savoir.
© avatar night sky.
prénom prénom nom
nature du lien
Il la prit, elle tombait, il la prit dans ses bras, il la serra étroitement sans avoir conscience de ce qu’il faisait. Il la soutenait tout en chancelant. Il était comme s’il avait la tête pleine de fumée ; des éclairs lui passaient entre les cils ; ses idées s’évanouissaient ; il lui semblait qu’il accomplissait un acte religieux et qu’il commettait une profanation. Ducostte-1.jpg reste il n’avait pas le moindre désir de cette femme ravissante dont il sentait la forme contre sa poitrine. Il était éperdu d’amour. Elle lui prit une main et la posa sur son cœur. Il sentit le papier qui y était. Il balbutia : « Vous m’aimez donc ? » Elle répondit d’une voix si basse que ce n’était plus qu’un souffle qu’on entendait à peine : « Tais-toi ! tu le sais ! » Et elle cacha sa tête rouge dans le sein du jeune homme superbe et enivré. Il tomba sur le banc, elle près de lui. Ils n’avaient plus de paroles. Les étoiles commençaient à rayonner. Comment se fit-il que leurs lèvres se rencontrèrent ? Comment se fait-il que l’oiseau chante, que la neige fonde, que la rose s’ouvre, que mai s’épanouisse, que l’aube blanchisse derrière les arbres noirs au sommet frissonnant des collines ? Un baiser, et ce fut tout. Tous deux tressaillirent, et ils se regardèrent dans l’ombre avec des yeux éclatants. Ils ne sentaient ni la nuit fraîche, ni la pierre froide, ni la terre humide, ni l’herbe mouillée, ils se regardaient et ils avaient le cœur plein de pensées. Ils s’étaient pris les mains, sans savoir.
© avatar night sky.


prénom prénom nom
nature du lien
Il la prit, elle tombait, il la prit dans ses bras, il la serra étroitement sans avoir conscience de ce qu’il faisait. Il la soutenait tout en chancelant. Il était comme s’il avait la tête pleine de fumée ; des éclairs lui passaient entre les cils ; ses idées s’évanouissaient ; il lui semblait qu’il accomplissait un acte religieux et qu’il commettait une profanation. Ducostte-1.jpg reste il n’avait pas le moindre désir de cette femme ravissante dont il sentait la forme contre sa poitrine. Il était éperdu d’amour. Elle lui prit une main et la posa sur son cœur. Il sentit le papier qui y était. Il balbutia : « Vous m’aimez donc ? » Elle répondit d’une voix si basse que ce n’était plus qu’un souffle qu’on entendait à peine : « Tais-toi ! tu le sais ! » Et elle cacha sa tête rouge dans le sein du jeune homme superbe et enivré. Il tomba sur le banc, elle près de lui. Ils n’avaient plus de paroles. Les étoiles commençaient à rayonner. Comment se fit-il que leurs lèvres se rencontrèrent ? Comment se fait-il que l’oiseau chante, que la neige fonde, que la rose s’ouvre, que mai s’épanouisse, que l’aube blanchisse derrière les arbres noirs au sommet frissonnant des collines ? Un baiser, et ce fut tout. Tous deux tressaillirent, et ils se regardèrent dans l’ombre avec des yeux éclatants. Ils ne sentaient ni la nuit fraîche, ni la pierre froide, ni la terre humide, ni l’herbe mouillée, ils se regardaient et ils avaient le cœur plein de pensées. Ils s’étaient pris les mains, sans savoir.
© avatar night sky.
prénom prénom nom
nature du lien
Il la prit, elle tombait, il la prit dans ses bras, il la serra étroitement sans avoir conscience de ce qu’il faisait. Il la soutenait tout en chancelant. Il était comme s’il avait la tête pleine de fumée ; des éclairs lui passaient entre les cils ; ses idées s’évanouissaient ; il lui semblait qu’il accomplissait un acte religieux et qu’il commettait une profanation. Ducostte-1.jpg reste il n’avait pas le moindre désir de cette femme ravissante dont il sentait la forme contre sa poitrine. Il était éperdu d’amour. Elle lui prit une main et la posa sur son cœur. Il sentit le papier qui y était. Il balbutia : « Vous m’aimez donc ? » Elle répondit d’une voix si basse que ce n’était plus qu’un souffle qu’on entendait à peine : « Tais-toi ! tu le sais ! » Et elle cacha sa tête rouge dans le sein du jeune homme superbe et enivré. Il tomba sur le banc, elle près de lui. Ils n’avaient plus de paroles. Les étoiles commençaient à rayonner. Comment se fit-il que leurs lèvres se rencontrèrent ? Comment se fait-il que l’oiseau chante, que la neige fonde, que la rose s’ouvre, que mai s’épanouisse, que l’aube blanchisse derrière les arbres noirs au sommet frissonnant des collines ? Un baiser, et ce fut tout. Tous deux tressaillirent, et ils se regardèrent dans l’ombre avec des yeux éclatants. Ils ne sentaient ni la nuit fraîche, ni la pierre froide, ni la terre humide, ni l’herbe mouillée, ils se regardaient et ils avaient le cœur plein de pensées. Ils s’étaient pris les mains, sans savoir.
© avatar night sky.

Prince de Final Fantasy XV
avatar

Un peu + sur toi
Feat: Noctis Lucis Caelum
Crédits: Google
Pouvoirs/Armes:
Voir le profil de l'utilisateur


Noct : Je m'étonne moi même parfois.

Gladio : C'est la taille de ton égaux qui m'étonne !

Prompte : Honnêtement, le plus étonnant c'est qu'on s'en soit tiré !
FFXV;
by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Mer 29 Avr - 22:38
uc
Prince de Final Fantasy XV
avatar

Un peu + sur toi
Feat: Noctis Lucis Caelum
Crédits: Google
Pouvoirs/Armes:
Voir le profil de l'utilisateur


Noct : Je m'étonne moi même parfois.

Gladio : C'est la taille de ton égaux qui m'étonne !

Prompte : Honnêtement, le plus étonnant c'est qu'on s'en soit tiré !
FFXV;
by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Mer 29 Avr - 22:38
a vous
Prince de Final Fantasy XV
avatar

Un peu + sur toi
Feat: Noctis Lucis Caelum
Crédits: Google
Pouvoirs/Armes:
Voir le profil de l'utilisateur


Noct : Je m'étonne moi même parfois.

Gladio : C'est la taille de ton égaux qui m'étonne !

Prompte : Honnêtement, le plus étonnant c'est qu'on s'en soit tiré !
FFXV;
by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Game Over :: Début De Partie :: Gestions Personnelles :: Les Liens-